• Jeu Concours Soulab
  • L'album de Flying Lotus "Cosmogramma"
  • Stark - Narita/Would You
  • Various Artists - Broadcite Unplugged Vol 2 : Internal Reflection
  • Eyedea & Abilities : By The Throat
  • Seiji : DJ Tools Vol.1
Drum-bass. Entrée, Plat, Dessert pour les oreilles, Thé offert !

Devenez partenaires de Drum-bass

Drum-bass, le magazine qui groove dans ta cuisine

Steppah Huntah et Jimi Ténor Live à l’Ososphere 2007 (partie2)

Commenter

suite de l’article "Hocus Pocus : Accoustic Hip Hop Quintet - à l’Ososphere 2007 (partie 1)"

Steppah Huntah

Plus tard dans la soirée, le groupe de Hip Hop local "Steppah Huntah" se présentait lui aussi dans sa formation Live pour un set hélas trop court entre une heure trente et deux heures trente du matin. Il est né de la rencontre de la pianiste de Jazz russe Oless T (claviers divers et à la voix) et de Steven J, à la fois contrebassiste dans des groupes de Jazz Manouche de la région (l’ensemble d’ Engé Hemstetter, notamment) et DJ Funk, Soul et Afro et Break Beat, ici à la basse électrique, complétés de Fabrice Lauer, clarinettiste habitué des comédies musicales manouches du Festival International Tzigane, au saxophone ténor, et de Jazzamar, flûtiste de Jazz du duo Nu Tropic, bien plus à son avantage dans cette configuration live que cherchant à se faire entendre face aux DJs électros de la Salamandre, enfin, deux MC, une chanteuse noire avec beaucoup de soul et de feeling, épaulée d’un rappeur.

Les arrangements, les chansons, les solos, tout était énergique et mélodique, et il faut une grande mise en place aux solistes pour se faire entendre face à un groupe aussi électrique, ce dont ils n’ont pas manqué. Bref, un bon son de groupe collectif mais permettant également aux individualités musicales de se faire entendre.

La video du live est disponible içi

Jimi Ténor

Le lendemain Samedi 29 septembre, le concert le plus intéressant était celui de Jimi Tenor & Kabu Kabu. Jimi Tenor est un chanteur, saxophoniste et claviériste finlandais, qui physiquement ferait plutôt penser, avec ses lunettes rectangulaires et ses cheveux blonds, à Peter Sellers dans Austin Powers. Mais il arrive sur scène drapé dans une cape stellaire afro digne des théories cosmique de Sun Ra et joue de son fender rhodes de manière toute aussi spatiale que lui. Passionné d’Afro Beat, il joue du saxophone comme le pionnier du genre, Féla Kuti, dont il a d’ailleurs récupéré un des percussionnistes, Nicholas Nettey, pour son dernier disque "Joy Stone" sorti en 2007, et ici pour ce concert, au sein de son trio Kabu Kabu. Sur le disque, le titre "Hot Baby" alterne la chaleur africaine et percussive de l’Afro Beat avec des breaks funky-disco plus lents aux soupirs féminins jouissifs. Faute de choristes féminines sur scène, Jimi Tenor scratcha avec les pales du petit ventilateur de son fender rhodes, modulant de la sorte en s’en servant comme d’une sourdine animée ses vocalises dans les aïgues, les cuivres partant ensuite dans un free groove énergique.

Puis la guitare se fendant d’un solo digne d’un fim série B des années 60s Swinging London. Vous l’aurez compris, quoique né à Helsinki, Jimi Tenor mérite son titre de nègre blanc de l’Afro Beat Finlandais. Paradoxe, il le mériterait même plus qu’"Architecture In Helsinki", groupe pop venu d’Australie sans leurs invités donnant parfois à leurs disques un aspect festif de fanfare électro pop, où pourtant il fait bien plus chaud, me semble-t-il. Des hasards des noms de groupe, de leur origine fantasmée par leurs influences...

Plus au Nord encore, les trois chanteuses de Gus Gus dont la principale, plus brune et plus douée avait orné son bras d’une sorte d’aile de libellule et de maquillages de grande prêtresse nocturne du fond des âges, étaient accompagnées de deux DJs dont l’un, barbu et chapeauté de noir, venait parfois tenter de semer la panique en chantant d’une voix d’outre-tombe sur le devant de la scène, en vain.

On pouvait continuer dans les mélodies Afro Beat et Funk avec la sélection du DJ Nu:Form, dernier rempart de la musicalité contre la techno-BOUM BOUM hardcore ou house qui ne m’inspirait que la fuite avant même de franchir le seuil des salles qui la proposaient...

Afro-Beat , Broken-Beat , Electro-Groove , Funk-Jazz , Future-Jazz , Live , Strasbourg , Tribune libre

Sois le premier à commenter

Fanpage facebook

A propos du site

Amateurs, connaisseurs, artistes, dj's ou internautes curieux de musiques nouvelles se croisent sur le magazine créé en 2000 par danYdan.
Drum-bass est un magazine collaboratif qui propose une information pointue et exhaustive sur la musique électronique et plus particulièrement sur les musiques broken beat et future jazz. Le magazine vit au rythme des concerts, des sorties de nouveaux albums et des rencontres avec les artistes.

Plus d'infos sur les rédacteurs du site.