• Michael Fakesch : Soda
  • Moodymann : Det.Riot '67 + vidéo
  • Dj Food : The Shape Of Things That Hum
  • Jazzanova : Computer Incarnations For World Peace
  • Les People Under The Stairs nous proposent un album formidable !
  • Colonel Red : Roaming Lion
Drum-bass. Entrée, Plat, Dessert pour les oreilles, Thé offert !

Devenez partenaires de Drum-bass

Drum-bass, le magazine qui groove dans ta cuisine

Hocus Pocus : Accoustic Hip Hop Quintet Live à l’Ososphere 2007 (partie 1)

Commenter

La meilleure surprise de ce Vendredi 28 septembre 2007, premier soir du festival de l’Ososphère à La Laiterie de Strasbourg, plus voué aux musiques électroniques, mais dont la programmation cache quelques groupes live originaux, fut le groupe Hip Hop Nantais "Hocus Pocus", servi par un VRAI groupe de scène, ce qui est aussi rare en France qu’ Outre-Atlantique (exception remarquable des années 90s, un peu oubliée, les "Smokin’ Suckaz With Logic" dont on a plus entendu parler depuis, servis par une section rythmique basse batterie live), "Accoustic Hip Hop Quintet" comme l’annonçait l’un de leur premier EP, rompu aux subtilités du Jazz, de la Soul et du Funk (piano-fender rhodes/guitare/basse/batterie) en plus du MC 20 Syl aux textes positifs et au flow chantant et musical et de DJ Greem aux platines brillant par sa musicalité dans les scratches et l’originalité de ses samples éclectiques.

Ils ont déjà sorti en en 2001 leur album "73 touches" et viennent de sortir le 8 octobre (2007) "Place 54". Sur "73 touches", le titre éponyme est un magnifique hommage aux grands du Jazz comme Billie Holiday ou Miles Davis et leur lutte dans une Amérique encore ségrégationniste. Le très original "Pascal" racontait la vie d’un billet de banque (idée déjà exploitée par Bernard Lavilliers à ses débuts) volé, joué, perdu, niché dans un soutien-gorge avantageux, copié, pour finir par "C’type mal rasé m’a crâmé sur un plateau téle et j’suis mort en héros", référence discrète et subtile à une provocation de Serge Gainsbourg.

Sur la chanson "J’attends", on aurait cru, à l’écoute du disque que la magnifique voix soul reprenant en contrechant "I’m Waiting" était un sample d’un grand chanteur soul, tant elle était belle et émouvante. Surprise sur scène, elle s’avère être celle du guitariste, qui s’avère très polyvalent, quoique discret : on le devine capable de jouer Blues, Jazz, Soul ou encore Funk. 20 Syl dépasse lui aussi les attentes d’un MC en se révélant un authentique chanteur, très musical dans son flow (partageant cette capacité d’improvisation vocale avec Nyah, chanteur d’Erik Truffaz, et Kokayi Outre-Atlantique, membre d’Opus Akoben et des "Metrics" du saxophoniste Steve Coleman), capable également d’effets bucaux plus bruitistes par sa maîtrise de la technique du Beat Box, et tirant d’un mini-clavier des sons très originaux.

Les chansons du prochain album "Place 54" s’avèrent tout aussi prometteuses. Dans l’une d’elles, 20 syl parle du Rap US Américain, déplorant la vulgarité de son vocabulaire ("trop de mots comme "shit", trop de mots comme "fuck", trop de mots comme "bitch""), puis avouant : "Mais y’a aussi des mots en anglais que j’aime : des mots comme "Love", des mots comme "Peace", des mots comme "Jazz", des mots comme "Soul", des comme "Funk", des mots comme "Hip Hop". Hocus Pocus semble avoir remis dans le rap la tolérance et les idées positives et généreuses du "Peace & Love" hippy des années 70s, mais ce fantasme nostalgique très personnel n’engage que moi.

Toujours est-il que le Hip Hop d’ici et d’ailleurs devrait prendre exemple sur cette belle générosité positive pour sortir de l’ornière de la provocation gratuite et des stériles appels à la haine ! Autre déclaration d’amour aux musiques noires, ce jeu de mots : "J’aime la Soul, j’la saoû-aoûle/ plus de 3 g d’amour dans l’sang", avec des samples vocaux noirs et soul montrant que cette référence n’est pas qu’une pose et qu’ils connaissent vraiment ce répertoire, ce qui fait chaud au coeur. Enfin, la chanson la plus émouvante à mon sens, tant pour son message que pour le sample lancinant de la voix de Césaria Evora, Diva aux pieds nus Capverdienne chantant son "Petit Pays, Je t’aime beaucoup", répondant à un texte engagé, critique sur la France que 20 syl dit vouloir aimer beaucoup, mais sans pouvoir oublier "ses 60 millions de gosses", son racisme ordinaire, ses 25 000 expulsions de sans-papiers prévues, et concluant l’important n’est peut-être pas seulement que cette jeunesse l’aime, mais quelquefois la France leur dise aussi qu’elle les aime...

Pourquoi cet engagement lucide m’émeut-t-il tant par sa part de naïveté et de rêve ? Un solo de fender rhodes bien chaloupé nous fait rêver aux douceurs capverdiennes, suivi d’un solo de guitare bluesy. Pourquoi surtout cela semble-t-il tellement plus limpide quand cela coule de source dans la voix de Césaria Evora, qui pourtant parle d’un "petit pays" si pauvre, mais où peut-être on sait encore se contenter de peu, de la joie simple d’un poisson pêché dans la mer, et cela semble-t-il si compliqué chez nous ? Question de climat je suppose, à tous les sens du terme, bonne idée de base pour un texte de rap, mais ça a déjà été fait, je suppose. D’un amour à sens unique à d’autres inavoués, la transition vers "J’aimerais" "conjuguer ce verbe au présent" est naturelle, avec un bel accompagnement de fender rhodes et des cuivres samplés et des voix soul en contrechant, qui devient sur la fin brusquement plus énergique quand la guitare part en rock up- tempo, 20 syl invitant le public à sauter en l’air dans une folie collective de mains levées et de cris d’enthousiasme.

Les musiciens sont présentés eux aussi comme des danseurs instrumentaux : Matthieu aux claviers en "Travolta des touches blanches et noires" suivi d’un solo Jazz-Rock, Hervé à la basse (encouragé d’un "Hit Me !" plus proche de son initiateur James Brown que de l’imitation palotte qu’en a fait avec le groupe No Jazz Thierry Ardisson dans "Salut Les Terriens") en James Brown, Antoine à la batterie s’illustre par un roulement, David, guitare ("Hit Me") et voix, suivi d’un solo où le jeu des cordes blues se mêle à sa voix soul dans un accord joué/chanté évoquant Jimi Hendrix, DJ Greem aux platines démontrant une fois de plus la rare musicalité de ses scratches (procédé inventé, pour la petite histoire, par le jeune Théodore Wizard écoutant un disque dans sa chambre d’adolescent quand sa mère y entra pour lui parler, et arrêtant le disque avec ses doigts le temps de l’écouter, puis le faisant redémarrer en arrière avec un effet qu’il trouva intéressant, d’après Ariel Kyrou dans "Techno Rebelle") et dont les samples vocaux semblent, vivants, avoir un souffle, une respiration, prendre ou reprendre vie sous ses doigts.

Bref un vrai groupe de Hip Hop live capable nous faire danser, rêver et penser, de nous rappeler les musiques qui se sont battues pourque sa parole libre existe : Blues, Jazz, Soul, Funk et Groove et toutes les musiques de l’Afrique déplacée avec les esclaves au large sur des îles comme Le Cap Vert, capable de réinjecter leur énergie communicative et leur émotion dépassant la seule nostalgie dans le Hip Hop actuel, porté par des textes parfois engagés mais toujours positifs, souvent poétiques, bref des références et un bon esprit qu’on espère bientôt partagés par d’autres groupes ici et Outre-Atlantique. en attendant merci à eux d’ouvrir cette nouvelle voie rare et pleine d’espoir qui vaut déjà pour elle-même.

Le festival de l’Ososphère se proposait également de faire découvrir les nouvelles créations visuelles en vidéo et arts visuels de jeunes artistes contemporains ou des oeuvres crées pour l’occasion. Celle qui attira surtout mon attention était une chaise suspendue, sous laquelle se trouvait un échaffaudage aux fins barreaux protègeant des néons colorés. Jusque là rien de spécial. Mais si attiré par les néons comme un insecte ou un papillon de nuit par la lumière on s’en approchait, on entendait le chant d’oiseaux amazoniaques répondant à la présence humaine, diffusée par des hauts-parleurs tapis dans l’ombre que l’on n’eut pas soupçonnés tout d’abord.

Moralité : mettez un néon en cage, il chantera comme un oiseau ! Avec plus d’exercice, vous aviez l’impression que la musique réagissait à votre présence, comme les ondes d’un theremin à la main qui s’en approche, et en touchant les cordes délicatement ou en y passant une main courante, vous aviez parfois l’impression de composer une sorte de symphonie urbaine et trop sauvage pour se laisser enfermer dans quelque principe que ce soit, d’où l’insondable et pénétrant mystère de la chose, qui m’a fait y revenir plusieurs fois, à chacun de mes passages...

2ème partie de l’article

Funk-Jazz , Hip-Hop , Live , Strasbourg , Tribune libre

Sois le premier à commenter

Fanpage facebook

A propos du site

Amateurs, connaisseurs, artistes, dj's ou internautes curieux de musiques nouvelles se croisent sur le magazine créé en 2000 par danYdan.
Drum-bass est un magazine collaboratif qui propose une information pointue et exhaustive sur la musique électronique et plus particulièrement sur les musiques broken beat et future jazz. Le magazine vit au rythme des concerts, des sorties de nouveaux albums et des rencontres avec les artistes.

Plus d'infos sur les rédacteurs du site.