• Jeu Concours Robert le Magnifique
  • The Brand New Heavies - I Don't Know (Why I Love You)
  • Vidéos Jazzistic #3
  • 7even Recordings : nouveau label Dubstep français
  • La dernière nuit de Larry Levan au Paradise Garage
  • Jeu Concours 21ième Festival de Dour
Drum-bass. Entrée, Plat, Dessert pour les oreilles, Thé offert !

Devenez partenaires de Drum-bass

Drum-bass, le magazine qui groove dans ta cuisine

Domu quitte le monde de la musique Sonar Circle, Rima, Bakura, Yotoko...

Commenter
Domu quitte le monde de la musique

note de danYdan : Ce texte est le dernier message posté sur le blog de Domu. Pour tous les amoureux de la musique, ses amis et compères musicales il s’explique sur les raisons qui l’ont poussé aujourd’hui a mettre un terme à sa carrière musicale. Merci à Eriizu pour la traduction française, pour les anglophones d’entre vous la version originale est disponible ici. Pour moi Domu restera toujours et avant tout un excellent dj comme il est très rare d’en voir un, très technique et très fin avec toujours le bon son au bon moment. C’est aussi le musicien qui m’a le plus bluffé par sa capacité à transformer les sons et les beats. Son style est inimitable et aucun nouveau musiciens de la nouvelle génération ne réussira jamais ce que lui a fait sur le plan musical.


C’est la fin. Je ne vais pas rentrer dans les raisons personnelles, mais bien sûr je vous laisse quelques explications sur la façon dont j’en suis arrivé là. C’est un peu comme s’éloigner d’une vie de crime, ou de mafia. Je suis Carlito, j’ai finalement coupé avec la vieille et dangereuse manière de mener sa vie. J’espère juste que Benny du Bronx ne me tirera pas dessus au moment où je monte dans le train pour me sortir d’ici. Le fait est que je ne suis plus Domu. C’est un personnage, qui en a toujours été un, et au vendredi 13 novembre 2009 il n’existe plus. Plus de Umod, Sonar Circle, Bakura, Yotoko, Rima, Zoltar, Blue Monkeys, Realside, ou l’un des autres noms sous lesquels j’ai signé. J’annule toutes mes dates et n’en accepterai plus. Mon hotmail est fermé, mon Twitter est fermé et mon Facebook est fermé. Si l’un d’entre vous veut me parler et me connait assez bien pour avoir mon numéro de mobile, c’est encore le même, et s’il vous plaît n’hésitez pas à téléphoner à tout moment. Mon autre adresse mail avec laquelle j’écris parfois est toujours ouverte.

Domu interview in Paris for the Best Friends Party

(...) je tiens à remercier tous ceux qui ont acheté une chanson, payé une entrée, dansé ou juste sont venus me parler de la vie, de la musique, du monde ou de quoi que ce soit. (...)

J’avais commencé à changer, mais vraiment je suis maintenant certain. Ma confusion se développait, mon insécurité et l’amertume de sortir de là, un manque de direction créative et de concentration m’ont conduit vers quelque chose de très sombre. Je me suis senti déprimé par tout ça. Croyez-moi, j’ai cherché mon âme longuement et durement cette année, pour trouver les raisons qui expliquent pourquoi je fais ça, mais je ne peux pas les localiser. Trop de « moi » est mêlé à tout cela, et personne ne devrait jamais donner autant de lui-même ou d’elle-même à un boulot. J’ai d’abord cru que je faisais et jouais de la musique pour un certain type de personne, pour des gens qui ne veulent pas adhérer à la « voie normale » de la vie, libres- penseurs, indépendants ou les gens ouverts d’esprit qui s’ennuient des genres, des étiquettes, des formules toutes faites. L’underground. Mais je crois tout simplement que je ne suis plus nécessaire dans cette bataille. Elle a été transmise à une autre génération, qui la fait à sa manière, et je n’ai aucune envie d’essayer et commencer à proclamer que je mène un combat qui n’est plus le mien. Je suis un mec de 31 ans. Je ne peux pas prétendre tenir le flambeau de quelque chose qui avait tellement de sens pour moi à 15 ans. A 21ans, peut-être. Mais maintenant, après dix ans à temps plein, je crois que j’ai dit tout ce que j’avais à dire. Ma lumière créative s’est estompée. Peut-être parce que j’ai commencé trop tôt, qui sait ? Mais je suis convaincu que c’est ça.

J’ai eu beaucoup de plaisir. J’ai voyagé dans le monde, bu et fait la fête, mené une vie décente à divertir les gens tout au long de mes 20 ans. J’ai rencontré des gens incroyables dans des villes où je n’aurais jamais pensé aller, partagé mes pensées et recueilli la sagesse d’un large éventail de personnes vraiment profondes et belles. Mais j’ai aussi rencontré quelques imbéciles, et je sentais que j’en devenais un. Jouer des disques que je n’étais pas sûr d’aimer à des gens qui n’avaient aucune idée de qui j’étais. Ca m’a refroidi, refroidi de la musique et des réactions. J’ai changé ce que je pensais aimer, pour être apprécié. Je ne suis pas un caméléon. Je ne suis pas Madonna, je ne peux pas rester à l’affût des styles actuels qui ne cessent d’évoluer avec elle juste pour rester dans la mode ou conserver une sorte de crédibilité ou de plan de carrière. J’ai fait mon temps. Si vous me connaissez bien, vous avez senti un changement en moi au cours des deux dernières années. J’ai toujours souffert de problèmes de confiance, mais je sais que ce n’est pas pour ça que je jette l’éponge. J’ai l’impression que je dois changer une grande partie de ce que je pense être « moi » pour continuer. Ce en quoi je crois c’est qu’on doit se comporter de la même façon qu’on parle aux gens. Je ne pense pas pouvoir être plus arrogant et dur pour me démarquer plus. Il y a tellement de bruit dehors que les gens doivent crier plus fort et plus fort pour être entendus. Tout ça pour quoi ? Je me bute sur quelque chose en quoi je ne crois plus pour un revenu qui est inégal et générateur de stress et le plus souvent, très faible.

(...) S’il vous plaît n’hésitez pas à le copier-coller pour le conserver, pour que les autres sachent pourquoi je suis parti, en supposant que ça intéresse quelqu’un (...)

J’avais l’habitude de dire que je devais me battre pour continuer. Ma croyance en ça a aussi diminué ces dernières années. Oui nous avons eu besoin de Coltrane pour aller à contre-courant, sacrifiant son bien-être et sa vie pour créer un art magnifique. Nous avons eu besoin de ceux-là, êtres créatifs et uniques brûlant brillamment dans nos âmes, nos influences et nos idoles, qui ont crée la musique et les mouvements qui ont pu nous fournir un esprit sain, un sanctuaire et donner du sens à nos vies confuses. Mais la musique a perdu son sens pour moi. Elle est partout, tout le monde en fait, en jouant, et en essayant de gagner sa vie avec. Tant de personnes sont dedans, et il est difficile de distinguer ce qui est d’avant garde de ce que je ressens vraiment. Je suis devenu insensible à la plus grande passion de ma vie, et j’ai besoin de la laisser pendant un moment pour voir si je peux la faire revenir à ce qu’elle était avant.

Certains ont donné du sens à la plupart de mes travaux. Je sais que c’est particulier à certaines personnes, et mon message a été compris par quelques-uns, que je suis très reconnaissant d’avoir connu au fil des ans. J’ai été chanceux de prendre ma place pendant un moment, j’ai été reconnu par quelques personnes très spéciales et talentueuses et j’ai gagné le respect de mes pairs, j’ai atteint un enfer en très peu de temps. Il y a eu d’énormes hauts, jouant de la musique à toute sorte de public, créant une atmosphère tout en restant dans le contrôle. J’ai senti la joie et l’adrénaline de la réussite, et à côté de ça, le vide et le désespoir de clubs et de dancefloors vides. Maintenant que je reconnais que j’ai fait tout ça, j’ai besoin de mettre tout cela derrière moi et d’aller de l’avant, et la seule façon d’y arriver est de disparaître. Il y a une fin à tout, et comme je ne cesse de dire, tout est fini. Je ne veux pas perdre tout le reste de ma vie pour cela. Je n’y crois plus assez pour faire ce sacrifice. Ce sont les gosses qui mènent cette bataille maintenant. J’espère que j’ai influencé certains d’entre eux, je sais que c’est le cas, ce qui me donne l’aisance faire cela. Je n’ai pas perdu 10 ans, je sais que j’ai procuré de la joie et de l’espoir à beaucoup de personnes défavorisées, ouverts d’esprit, aux outsiders de la musique ou aux danseurs dévoués. Il y a des gens qui créent des choses et utilisent la technologie d’une manière que j’ai essayé de rattraper, mais je n’en ressens plus le désir. Ils le font bien mieux que je ne saurais le faire maintenant. C’est leur temps, et le mien est révolu. Vous pouvez penser que je suis incroyablement courageux de l’admettre ou incroyablement faible et stupide de m’arrêter. Mais c’est juste ce que je ressens. Je me suis trompé dans de nombreux aspects de ma vie, et j’ai besoin de commencer à changer. Je n’ai aucune idée de combien de temps cet article restera là, mais ce site ne sera pas là pour toujours. S’il vous plaît n’hésitez pas à le copier-coller pour le conserver, pour que les autres sachent pourquoi je suis parti, en supposant que ça intéresse quelqu’un.

J’ai les larmes aux yeux. J’ai tant de gens à remercier pour tout le soutien professionnel et personnel qu’ils m’ont apporté au cours de ces années, mais je le ferai personnellement en temps voulu. Mais je tiens à remercier tous ceux qui ont acheté une chanson, payé une entrée, dansé ou juste sont venus me parler de la vie, de la musique, du monde ou de quoi que ce soit. Vous m’avez donné une vie de rêve depuis de nombreuses années. Si j’ai inspiré quiconque, alors je suis un homme heureux. Vous m’avez tous certainement inspirés, et je veux utiliser ces années de voyage et de partage à bon escient, et pas cette colère et la confusion que je ressens maintenant. J’ai besoin de trouver un sens à la prochaine étape de ma vie. Alors je vous souhaite bonne route. Je suis seulement trop sensible pour garder la face alors que ça ne va pas. Je savais que ça arriverait un jour, peut-être que ceux qui me connaissent s’en doutaient. J’ai tant d’amour et de respect pour mes pairs, et les enseignants qui continuent de lutter, que je veux que la prochaine génération fasse du mieux qu’elle peut pour atteindre le meilleur d’elle – même et de son art.

Je ne suis pas un forçat. J’échange ma place et je sors. Je vous laisse avec tout ça. La vie n’est pas X-Factor. Personne n’a de droit divin pour que ses rêves et ambitions deviennent réalité. J’ai travaillé dur et j’ai eu de la chance. J’ai suivi certaines opportunités, dilapidé les autres. Je ne regrette rien, sauf ne pas m’être arrêté quand je savais que j’aurais dû le faire, l’an dernier. La seule chose qui doit vous guider dans votre vie est votre instinct. Parfois, la bonne décision n’est pas la plus facile, mais entre votre conscience et votre instinct vous trouverez la réponse. S’il vous plaît écoutez-le. C’est vous.

Domu, le 13 novembre 2009

Broken-Beat , Video , West-London

Sois le premier à commenter

Fanpage facebook

A propos du site

Amateurs, connaisseurs, artistes, dj's ou internautes curieux de musiques nouvelles se croisent sur le magazine créé en 2000 par danYdan.
Drum-bass est un magazine collaboratif qui propose une information pointue et exhaustive sur la musique électronique et plus particulièrement sur les musiques broken beat et future jazz. Le magazine vit au rythme des concerts, des sorties de nouveaux albums et des rencontres avec les artistes.

Plus d'infos sur les rédacteurs du site.